Dernières publications

Dieudonné fait une fois de plus éclater le mensonge

Ignace - Charlie hebdo : tout n'est pas pardonné

Le grand défilé  de dimanche, convoqué  par l’Elysée pour célébrer la liberté d’expression et les journalistes et caricaturistes, réputés provocateurs, de Charlie Hebdo abattus mercredi dernier  était à peine terminé que tous les relais du pouvoir, tous ses séides, tous ses chiens de garde (personnel politique, journalistes des merdias dominants, personnalités du monde du spectacle) se sont rués sur Dieudonné …Le monstre aurait commis une provocation de trop, écrivant sur sa page facebook « Je suis Charlie Coulibaly». Ceux-là mêmes qui quelques heures plus tôt défendaient  le droit de pouvoir vomir ce que des millions de gens en France ( et des milliards sur la terre) ont de plus cher, ceux-là mêmes qui prétendent que l’on peut recouvrir de flots de boue et de merde ( rappelons-nous les pièces du sinistre Castellucci au cours desquelles le Christ était humilié, recouvert de merde et qui ont reçu le soutien de Manuel Valls) les croyances de tous ceux qui savent que l’homme n’est pas la mesure de toutes choses , ceux-là mêmes qui revendiquent le droit de susciter le dégoût, d’appeler à la haine, de mépriser la raison de vivre de ceux qui cherchent à conformer leur vie à celle de Mahommed ou du Christ, souillés sans relâche par les excités de Charlie Hebdo, les voilà qu’ils réclament la tête de Dieudonné, une fois de plus.

Mais quel est ce pays où le mensonge, l’hypocrisie, la duplicité, l’aveuglement et le cynisme règnent à ce point en maîtres? En plus Dieudonné s’est expliqué sur cette provocation, car s’en est une, mais évidemment plus subtile, plus éclairante que la haine et les ordureries habituelles de Charlie Hebdo. Dieudonné était à la manifestation de dimanche dernier. Il entendait par là condamner l’attentat et défendre la liberté d’expression tant célébrée mais qui est, il le sait plus que quiconque, un concept à géométrie variable puisque précisément elle ne s’applique pas à lui. C’est en ce sens qu’il était parfaitement légitime à écrire : je suis Charlie ( je défends la liberté d’expression) Coulibaly ( je suis considéré comme un Coulibaly que l’on pourchasse, à qui on refuse la liberté d’expression).

Les chiens de garde chargés de tout déformer, dressés à mordre celles et ceux qui révèlent leur hypocrisie, leur malhonnêteté intellectuelle, leur duplicité, leur haine de la vérité, ont réagi avec célérité. Les mots de Dieudonné sont donc, selon eux, un appel au djihad, une apologie du terrorisme.

J’ai assisté à la projection du dernier épisode du Hobbit récemment. Plus que jamais je me dis que ce monde est désormais envahi par les troupes de Sauron: les ténèbres envahissent tout, leurs mensonges recouvrent tout. Sauron dispose d’armées d’Orques (les forces armées  et leurs chefs politiques), de Gobelins ( merdias et monde du spectacle) ainsi que d’autres créatures ( les islamistes fous furieux égorgeurs). Tous ne sont en fait que des zombies. En face, celles et ceux qui s’opposent aux forces occultes et à leurs soldats qui propagent la culture de mort et  qui résistent en ordre dispersé : les Nains, Hobbit, les Elfes, les hommes.

Formatage de masse

Après la grande transhumance des Charlie d’hier, je vous propose ces excellents  vers en alexandrin trouvés sur le Forum catholique

Suis-je Charlie?

Tout bien examiné, je ne suis pas Charlie !
Et pourquoi le serai-je ? Est-ce un crime, un délit ?
Depuis sa fondation Charlie est à la presse :
Le bubon sur le front, le furoncle à la fesse…

Liberté d’expression, liberté de la presse ?
Le droit de tout salir, d’offenser « pour de rire »
Jésus-Christ sur la croix ou les Saintes Espèces ?
Cette liberté là me fait plutôt frémir !

Des fanatiques armés de versets sataniques(*),
D’exordes belliqueux, de hadits impudiques,
Avant que de fusils aux tirs automatiques,
Ont abattu nos frères, pourtant peu catholiques…

Eh quoi ? Ne sont-ce point des frères, même ceux là ?
Frères en humanité ! A ce titre ils méritent
Nos prières et nos larmes, ces insulteurs d’Allah,
Et pas une rafale, par respect des hadiths !

O France de saint Louis, Chrétienté dévoyée,
Ton radeau laïciste accueille ses noyés,
Tu tresses des couronnes d’entrée au Walhalla,
Par crainte de déplaire à messieurs les Mollahs.

Ce Walhalla est bien ce qu’est la République,
Païenne consommée, ogre polymorphique.
Il y faut sacrifier nos cœurs et nos idées
Et sans cesse courber nos fronts Inféodés.

Bientôt (?) sonnera l’heure de la vraie liberté
Où nous pourrons, au jour, crier la vérité,
La France de toujours, la France véridique,
Enverra par le fond cette gueuse laïque.

Semetipsum
dimanche 11 janvier 2015

 

(*) Si ce sont bien eux ( précision d’Eschaton)

Charlie Hebdo abattu par son propre aveuglement

 

Évidement nous sommes tous effarés par la violence qui s’est abattue sur la rédaction de Charlie Hebdo. Nous réprouvons cet acte de guerre qui ne correspond pas aux principes de la doctrine catholique de la guerre juste. Notre pensée et nos prières vont en premier lieu aux deux policiers morts dans l’exercice de leur fonction ainsi qu’à leur famille.

Après avoir été systématiquement épargnée par la justice des hommes lors des procès que leur ont intentés l’Agrif, l’équipe dirigeante de Charlie Hebdo se retrouve désormais devant le tribunal de Dieu. S’en tireront-ils ? Dieu leur fera-t-il miséricorde ? Prions dans ce sens, puisque nous devons également prier pour ceux qui nous haïssent.

Mais comment taire simultanément cette conviction que cette éruption de barbarie est un effet de retour du réel. Pendant des années Charlie Hebdo a été en première ligne pour insulter, humilier, nier le réel, lui livrer une guerre sans discontinué. A cette haine sans faille du réel Charlie Hebdo ajoutait une hostilité incandescente envers Notre Seigneur Jésus Christ, la foi catholique, ses fidèles, ses autorités. Charlie Hebdo a finalement été victime de la dégénérescence idéologique mortifère qui l’animait. Car quelle que soit l’identité de ceux qui ont abattu les journalistes et caricaturistes , ils n’ont été que les agents de la mort pour qui travaillait également sans relâche Charlie Hebdo. Par cet attentat sont renvoyées dos à dos la dégénérescence des journalistes et caricaturistes et la barbarie des terroristes islamistes (pour autant que ceux-ci soient bien des islamistes et non des agents de services secrets étrangers qui ont intérêt à faire porter le chapeau aux islamistes). Car Charlie Hebdo n’a eu de cesse de salir la France, d’accabler de tous les maux les mouvements nationaux, d’appeler de ses vœux la disparition des frontières, de se faire le chantre du mondialisme, de soutenir l’idéologie du métissage, de défendre l’immigration de masse, de soutenir les rebelles islamistes à Bachar El-Assad ou à Kadaffi. En résumé, Charlie a contribué à créer toutes les conditions pour que la société française soit plongée dans des convulsions inouïes de violence. Les petits protégés de Charlie lui faisant finalement la peau. Mais en y regardant d’un plus près, Charlie Hebdo s’avère être une parfaite incarnation du concept « d’idiot utile ». Tout le logiciel idéologique de Charlie Hebdo le prédisposait à devenir un pion sur l’échiquier du « choc des civilisations » qui un jour ou l’autre allait être sacrifié pour faire monter la tension. Son esprit pseudo-transgressif et authentiquement bourgeois et libertaire lui a toujours inspiré le plus profond mépris envers toute dimension religieuse de l’existence. Certes en bons toutous dressés par les maîtres de l’anticatholicisme, la haine des journalistes de Charlie Hebdo pour la religion n’était intégrale qu’à l’égard du catholicisme. Car quand tous les catholiques étaient stigmatisables pour Charlie, seuls pouvaient l’être les intégristes musulmans. Quant au judaïsme Charlie l’a à peine égratigné. La violence de Charlie à l’égard du catholicisme a été unique. Représenter la Sainte Trinité comme elle l’a été « en une » du torchon correspond à un degré d’abjection qu’aucune des caricatures de Mohammed, que Charlie Hebdo a publiées, n’a égalé.

La haine de la religion dont suintait Charlie Hebdo combinée à sa croisade en faveur de la liberté d’expression lui faisaient tout à la fois voler au secours des rebelles islamistes à Bachar El-Assad et Kadhafi et publier des caricatures qui mettaient hors d’eux ceux-là mêmes que Charlie Hebdo encourageait à entrer en masse sur le territoire français, par immigrationnisme et multiculturalisme forcené, lui ont été fatales. Ces contradictions sont celles des partisans de la théorie du choc des civilisations et de l’essentiel du personnel politique du monde occidental qui arment à l’étranger les islamistes fous furieux( et qu’il est impossible d’associer à la grande majorité des musulmans qui ne sont pas animés par la violence qui traverse le Coran), organisent la dissolution des frontières et l’immigration musulmane de masse, prétendent défendre la liberté d’expression mais la musèlent ou l’entravent dès que l’on touche aux fondamentaux des régimes antichrétiens en imposant un arsenal juridique qui empêcherait les papes de diffuser, sans tomber sous le coup de la loi, un grand nombre des bulles et encycliques qu’ils ont publiés.

Cet aveuglement que l’on peut estimer sincère chez les journalistes et caricaturistes formatés de Charlie Hebdo et de l’essentiel des autres rédactions des médias dominants répond cependant à un plan précis chez les maîtres à penser du choc des civilisations : celui de créer un chaos universel afin de fragmenter ou dissoudre les pays qui ont une homogénéité culturelle ou religieuse stable pour imposer la paix du gouvernement mondial. En conséquence on ne peut que regretter les propos scandaleux des autorités épiscopales françaises, à plat ventre devant l’idole de la liberté d’expression et qui vont faire sonner Notre Dame en hommage à l’équipe de blasphémateurs qui a été abattue. L’équipe de Charlie a payé le prix fort de son formatage idéologique et de son anticatholicisme primaire. Requiescant in pace !

Gouvernement Valls: bientôt un remaniement ministériel?

Monsieur Roger Cukierman, bientôt ministre de l’intérieur?

Alors qu’un grand nombre des intellectuels juifs français les plus médiatiques, les BHL, les Attali, les Minc, les Morin, les Pierre Lévy, les Bruckner etc vante depuis des dizaines d’années les vertus de la société ouverte et métissée, annonce et appelle de ses vœux la disparition des frontières, fulmine contre les aspirations identitaires, voici que monsieur Cukierman, suite à un crime crapuleux – qu’il s’est empressé, naturellement, de caractériser d’antisémite, alors que le président de la communauté juive de Créteil ,où a eu lieu l’agression, affirme le contraire  – a prétendu que la communauté juive de France assurait à la France de ne pas succomber à la charia : « Si l’Etat, a-t-il expliqué, ne fait pas de cette cause nationale (la lutte contre l’antisémitisme) une ardente obligation, les juifs partiront en masse et la France tombera entre les mains soit de la charia, soit du Front National »

Alors que tant d’intellectuels juifs de France ont tout fait pour justifier, au nom du multiculturalisme, de la tolérance et patati et patata, l’immigration de masse, à l’origine, évidemment, des éventuels risques de charia en France, voilà que monsieur Cukierman non seulement désigne la communauté juive comme bouclier unique contre la charia mais en plus exige que l’Etat français, pour sauver la France, fasse de la lutte contre l’antisémitisme une cause nationale. Le gouvernement français n’a pas tardé à s’exécuter, puisque le ministre de l’intérieur a appelé hier à « faire de la lutte contre le racisme et l’antisémitisme une cause nationale »
En cette période de vaches maigres où tous les Etats traquent les moindres dépenses superflues, c’est à se demander pourquoi le gouvernement français n’a pas encore songé à fusionner le Crif et le ministère de l’intérieur. Il y aurait là des économies considérables à faire.

La prophétie de Charles Lindbergh

 

Pour dénoncer le projet de loi visant à ériger la FED Charles August Lindbergh expliqua devant la chambre des députés « Cette loi établit le trust le plus gigantesque de la terre. Lorsque le Président signera ce projet de loi, un gouvernement invisible, celui de la puissance monétaire, sera légalisé. Le peuple ne peut pas s’en rendre immédiatement compte, mais le jour du jugement n’est distant que de quelques années….Le pire crime législatif de tous les temps est perpétré par ce projet de loi bancaire. »

Le jour de la promulgation de la loi, Jacob Schiff, président de la « Kuhn, Loeb and Co », l’un des hommes les plus riches et puissants des Etats-Unis, félicitait, quant à lui, le colonel Edward Mandel House, conseiller du président Wilson, qui avait manœuvré en coulisse pour le vote de cette loi. Il lui écrivit : « Mon cher Colonel House. Je veux vous dire un mot pour le travail silencieux, mais sans auncou doute efficace, que vous avez fait dans l’intérêt de la législation monétaire, et vous féliciter de ce que cette mesure a été finalement promulguée en loi. Tous mes meilleurs veux, très sincèrement »

Avec hypocrisie et malice Schiff invoquait l’intérêt de la législation monétaire pour justifier cette loi, alors qu’elle ne défendait que les intérêts des grandes banques, car par  cette loi l’Etat américain se dessaisissait, au profit des grandes banques, de son droit régalien de battre monnaie. Comme le révéla le député Patman l’escroquerie était totale, puisque le Trésor américain lorsqu’il avait besoin d’un milliard de dollars était désormais sommé de l’emprunter aux banques privés. « La réserve fédérale lui accorde alors un crédit d’un milliard de dollars en échange de cette obligation et crée à partir de rien une dette d’un milliard de dollars que le peuple américain est obligée de payer avec les intérêts »( Commission Bancaire et Monétaire de la Chambre, 1964).

Depuis plus d’un siècle la fortune des banquiers est garantie par ce système de spoliation des peuples qui a, en outre, rendu possible  les deux guerres mondiales, puisqu’aucun des pays d’Europe n’avait les moyens de les financer sans le système de création monétaire ex nihilo mis en place par la FED, comme l’explique Eustace Mullins dans son livre Les secrets de la réserve fédérale.

Or les actionnaires des banques qui détenaient les actions de la Fed étaient les Rotschild d’Europe, Lazard frères, Kuhn Leob and Company, Warburg Company, Lehman Brothers, Goldman Sachs, la famille Rockefeller et les intérêts de JP Morgan. Pas beaucoup de descendants d’Abraham en Jésus Christ parmi eux.

Eschaton soutient Alain Soral

 

Suite à l’annonce de la création d’un nouveau parti politique, les attaques venant des rangs de la « dissidence » française se sont multipliées contre Alain Soral. Cette tourmente dans laquelle monsieur Soral a été plongée m’a ouvert les yeux sur une réalité que je ne connaissais pas : l’envie, la jalousie et la médiocrité qui déchirent les rangs de la dissidence.

Je suis catholique et me refuse à le juger. De un parce  que je ne connais évidemment rien de sa réalité intime, de deux parce la vie privée de monsieur Soral ne regarde que lui tant qu’elle n’est pas en contradiction manifeste avec ce qu’il prône et prétend être et qu’il ne commet pas de crime, de trois,enfin et surtout, parce que le cran de monsieur Soral est indéniable, les dangers qu’il prend sont réels. Par contre, il n’est  pas toujours aussi évident de les constater chez ses anciens compagnons de route.

Peut-être que monsieur Soral est doté d’un ego sur-développé, comme lui en font le reproche ses anciens amis. Cela paraît tout à fait vraisemblable, mais aurait-il pu survivre et donner autant de retentissement aux idées antimondialistes s’il n’avait pas un tel ego ? Tous ceux qui le lisent et l’écoutent comprennent que son ego est l’un des moteurs de son action. Je ne peux lui en faire grief puisque c’est ainsi que fonctionne la nature humaine. Dès lors que l’on cherche à s’écrire un destin il faut bien avoir un certain amour propre. Le tout, à mon avis, est d’en avoir conscience et de ne jamais céder à son ego si le service  du bien ne le nécessite pas. Avoir un grand ego n’est pas un problème, ce qui importe s’est d’en canaliser l’énergie pour la mettre au service du bien. Personnellement je continuerai donc à lire et écouter avec respect et enthousiasme Alain Soral car je ne dispose d’aucun élément probant qui me permette de dire qu’il ne se soucie que de sa petite personne.

Par contre, après avoir lu et entendu tous ses contradicteurs, j’ai compris qu’il n’y avait souvent qu’un cheveu qui séparait la « dissidence » du système qu’elle prétend combattre. Ce cheveu ne vient évidemment pas de la tête d’Alain Soral. Mais de la tête de Notre Seigneur Jésus Christ. Car tout ce que monsieur Soral dénonce et explique, la pensée catholique l’a formulé depuis des siècles. Alain Soral a eu le courage de se l’approprier, dans son style unique, avec son punch, son intelligence. Mais les déchirements de la dissidence me confirment que la logique du système corrompt tout et que seul Notre Seigneur Jésus Christ peut l’abattre. Cela ne veut pas dire qu’il faut baisser les bras, mais qu’aucun changement en profondeur ne pourra intervenir tant que les âmes n’auront été atteintes par la grâce. Il faut continuer le combat non dans l’espoir d’un changement politique, mais parce que par ce combat nous avons l’occasion des mettre des hommes dans les pas de ceux de notre Seigneur Jésus Christ.

 

Mgr Schneider dénonce l’épiscopat moderniste

Dans une récente interview Mgr Schneider dégonfle toute la rhétorique des modernistes emmenés par pape François, comparant la crise que l’Eglise traverse actuellement, et dont le récent synode est un énième rebondissement, à celle de l’arianisme au cours de laquelle les défenseurs de l’orthodoxie furent également traités de « traditionalistes » ou « d’intransigeants », citant notamment St Basile-le-Grand : « Un seul péché est aujourd’hui sévèrement puni : l’observance attentive des traditions de nos Pères. Pour cette raison les bons sont rejetés et conduits au désert. » (Ep. 243)

Cette mise en perspective historique devrait aider celles et ceux qui souffrent de la crise moderniste qui n’en finit pas, la crise arienne et ses suites avaient elles aussi ravagé l’essentiel de l’épiscopat en son temps.

 

« Sur la première mouture du rapport synodal :

« Ce document demeurera pour les futures générations et pour les historiens une tache qui salit l’honneur du Siège Apostolique. [... ]

La tentative de mettre au vote la vérité divine et la parole de Dieu est indigne de ceux qui en tant que représentant du magistère se doivent de transmettre avec zèle les règles bonnes et fidèles (cf. Math. 24, 45) du Dépôt de la Révélation.

En admettant les « divorcés remariés » à la Sainte Communion, ces évêques établissent de leur propre chef une nouvelle tradition et transgressent par là le décalogue ainsi que le Christ le reprocha aux pharisiens et aux scribes (cf. Math. 15:3). Et ce qui constitue une circonstance aggravante est le fait que ces évêques s’efforcent de légitimer leur infidélité aux paroles du Christ avec des arguments tels que la « nécessité pastorale », la « miséricorde », l’ »ouverture au St Esprit ». De plus, ils n’ont pas peur et n’ont aucun scrupule de pervertir d’une manière gnostique la véritable signification de ces mots en traitant au même moment ceux qui s’opposent à eux et défendent l’immuable commandement divin et la véritable tradition révélée, de rigides, scrupuleux, ou traditionalistes. Durant la grande crise arienne du IVème siècle les défenseurs de la divinité du Fils de Dieu furent aussi appelé « intransigeants » et « traditionalistes ». St Athanase a même été excommunié par le pape Libère et le pape justifia ceci avec l’argument qu’Athanase n’était pas en communion avec les évêques orientaux qui étaient pour la plupart hérétiques ou semi-hérétiques. St Basile-le-Grand déclara dans ce contexte : « Un seul péché est aujourd’hui sévèrement puni : l’observance attentive des traditions de nos Pères. Pour cette raison les bons sont rejetés et conduits au désert. (Ep. 243)
[... ]
La Relatio finale du synode contient malheureusement le paragraphe avec le vote concernant la distribution de la Ste Communion aux « divorcés remariés ». Bien que cette proposition n’eût pas obtenu les deux tiers des voix requises il demeure néanmoins le fait inquiétant et inouï que la majorité absolue des évêques présents a voté en faveur de la distribution de la Sainte Communion aux « divorcés remariés » ; c’est là un triste reflet de la qualité spirituelle de l’épiscopat catholique contemporain.

De plus, il est triste que ce paragraphe qui n’a pas obtenu l’approbation de la majorité requise, demeure néanmoins dans le texte final de la Relatio et sera donc envoyé à tous les diocèses pour une discussion supplémentaire. Cela fera certainement croître la présente confusion doctrinale parmi les prêtres et les fidèles selon laquelle les commandements divins, les enseignements du Christ et ceux de l’apôtre Paul sont soumis à l’arbitraire des groupes de pression. »

la totalité de l’interview ici

L’Université de Neuchâtel déroule le tapis rouge au franc-mac Peillon

Le réseau franc-mac est bien foutu quand même. Vincent Peillon, franc-mac notoire, ancien ministre français de l’éducation nationale, partisan résolu du gender à l’école  qui a reconnu, pour s’en réjouir, que la République était viscéralement ennemie de l’Eglise catholique et que la laïcité était une imposture destinée à faire de la maçonnerie la religion de la République a été engagé comme professeur de philosophie spécialiste des questions de laïcité par l’Université de Neuchâtel. Un peu comme si un obèse était recruté pour promouvoir des produits pour perdre du poids, puisque monsieur Peillon a reconnu que la maçonnerie à laquelle il appartient loin de défendre la laïcité( au sens de la neutralité religieuse de l’Etat) s’est employé à mettre la République au service de la religion maçonnique.

Ce que cache le prétendu choc des civilisations

 

 

Alors que partout les adeptes du choc des civilisations donnent de la voix, tout particulièrement dans le camp de ceux qui prétendent combattre la bienpensance ( comme le blog Les observateurs, Zemmour, les partis souverainistes classés à l’extrême droite) il est bon d’avoir en tête la piste du Mossad dans l’organisation des attentats du 11 septembre. Alan Sabrosky, professeur au US Army War College et à la US Military Academy a ainsi rendu publique un rapport en juin 2012 qui explique que le 11 septembre est « une classique opération du Mossad » ayant pour but d’entraîner les Usa dans une « guerre de civilisation » contre le monde arabo-musulman.

Cette piste est très sérieusement étayée, elle ne repose pas seulement sur la réputation du Mossad décrit, dans un rapport de la Us Aramy School for Advanced Military Studies ( cité par le Washington Times la veille du 11 septembre 2001), comme «  Imprévisible, impitoyable et rusé ; ayant la capacité de s’en prendre aux forces américaines en faisant croire à un acte commus par les Palestiniens/Arabes ».

 

 

Soutenons Asia Bibi!

 

« J’irais la tête haute, sans peur, parce que je serais en présence de notre Seigneur et de la Vierge Marie »

Ce sont les mots qu’Asia Bibi a écrit à sa famille pour les rassurer, alors qu’elle est en prison et condamnée à mort.

Après plusieurs reports, le procès en appel de cette chrétienne pakistanaise condamnée à mort pour blasphème devrait se tenir le 16 octobre.

Nous pouvons la soutenir et demander sa libération : http://citizengo.org/fr/2176-liberte-pour-asia-bibi-chretiens-persecutes

Sur le lien suivant courte vidéo préparée par les équipes d’HazteOir.org et de CitizenGO à ce sujet : https://www.youtube.com/watch?v=w9n-55-CuwQ&list=UUAvxVrDkn3qgwV637HDWx7A

Faites tourner l’information ; dites à vos amis, à votre famille, à vos collègues, votre entourage, ce qu’Asia Bibi vit et pourquoi il est nécessaire de la soutenir et demander sa libération: http://citizengo.org/fr/2176-liberte-pour-asia-bibi-chretiens-persecutes