Dernières publications

Suivez la revue de presse d’Instaurare

 

 

revue de presse2

Suivez la revue de presse de l’association suisse Instaurare qui est régulièrement mise à jour et consacrée essentiellement aux sujets relatifs à l’Eglise, la famille et le mondialisme.

C’est ici

Le libéralisme ennemi du salut des âmes, ennemi du genre humain!

intransigeants-liberalisme

 

Rappel de doctrine

Eschaton ne pense pas que les sociétés libérales soient seulement porteuses de maladies ou de tares. Nous n’avons pas à leur endroit le discours du thérapeute qui voudrait les guérir, les soigner. Nous estimons qu’elles sont viciées dans leurs principes et nous voulons non pas les soigner mais accélérer leur agonie, car elles sont des sociétés de mort, des sociétés du mensonge, de l’imposture, de la fourberie, de la dissimulation, de l’inversion ( ce qui au passage n’est pas le cas d’une société islamiste qui annonce clairement la couleur, ses principes, la place qu’elle fait aux uns ou aux autres, la barbarie à laquelle elle entend recourir contre celles et ceux qui ne lui sont pas favorables).

L’histoire nous enseigne en effet que le meurtre de masse, le mensonge, la spoliation, l’exploitation sont au fondement des sociétés dites libérales. Cela leur est inhérent puisqu’elles s’adossent au mensonge dans leurs principes, elles qui prétendent que la société ne doit pas être soumise à une vérité philosophique ou religieuse et qui de fait soumettent la société à une vérité philosophique ( et ultimement religieuse), celle qui veut que l’Etat ne doit pas être soumis à une vérité pour réaliser le bien commun ( c’est évidemment un parti pris philosophique…mais la pensée moderne est essentiellement sophistique, elle ne peut produire que du sophisme). Le noyau dur du dispositif mensonger c’est : vous connaitrez la science du bien et du mal, vous serez comme des dieux, vous serez libres, non vous ne mourrez! Vous aurez reconnu les paroles du serpent au Jardin d’Eden: « accédez à la connaissance que vous cache Dieu, donc rompez avec ce qu’il vous a dit, suivez votre savoir,  définissez les lois qui vous plaisent, devenez des dieux, le bien et le mal sont ce que vous direz qu’ils seront. » Bref le cœur du dispositif c’est de faire croire que les hommes sont les maîtres de leur vie, qu’ils peuvent dans la vie sociale se donner les lois qu’ils veulent ( principe de la souveraineté populaire) qu’ils ne sont pas tenus par une vérité métaphysique extérieure à eux ( métaphysique et a fortiori morale : agnosticisme, c’est l’essence du totalitarisme) et encore moins par la révélation. (suite…)

Les beaux fruits du dialogue interreligieux

Actes de barbarie en tous genres, crucifixions, décapitations de chrétiens, massacres de Palestiniens, que les beaux fruits du dialogue interreligieux sont abondants !

Le diacre Berret contredit par le curé de Porrentruy

 

didier berret2Le diacre Didier Berret

Suite à la prédication de Marie-Josèphe Lachat au cours d’une messe retransmise sur la Rts à Porrentruy, un internaute nous avait expliqué que c’était sous la pression que le curé modérateur de Porrentruy avait fini par consentir à cet acte scandaleux. Didier Berret, diacre à Porrentruy, s’était indigné de cette affirmation, affirmant qu’elle était fausse, que ce choix s’était imposé à toute l’équipe pastorale, que le curé modérateur y avait participé positivement, sans aucune pression ou intervention extérieure et qu’il n’avait jamais été question que madame Lachat proclame l’évangile. Or le curé de Porrentruy est revenu récemment sur cette affaire sur le site de Pro-liturgia pour confirmer qu’il avait bel et bien subi des pressions et qu’il avait dû s’opposer formellement à ce que madame Lachat lise l’évangile.

Ci-dessous la lettre du curé modérateur de Porrentruy que vous pouvez trouver sur le site pro-liturgia.

 

« Cher Monsieur Crouan,
J’ai bien reçu votre courrier et vous en remercie. Le contenu de votre courriel m’interpelle car je dois reconnaître que nous vivons actuellement certaines créations liturgiques assez décapantes. Pour ma part, je n’étais pas présent à cette célébration, étant en pèlerinage à Lourdes cette semaine-là. Toutefois, j’ai eu des échos très différents sur cette célébration télévisée. Certains trouvent génial que les célébrations liturgiques sortent des canevas habituels (1), et d’autres en “perdent leur latin”.
Il n’est pas facile d’être responsable dans une telle ambiance où l’on sait que l’on ne contentera jamais tout le monde. Sachez toutefois que j’ai un très grand respect pour la tradition, et que dans le cas présent, des pressions se faisaient sentir pour permettre à l’assistante pastorale qui a assuré la prédication (2), de proclamer également l’Evangile, chose à laquelle je me suis formellement opposé.
Je me permets d’envoyer en copie votre courriel ainsi que ma réponse à mon Evêque diocésain, Mgr Félix (3), de manière à ce qu’il soit au courant de la chose.
Enfin, si vous n’habitez pas trop loin de Porrentruy, je vous invite à venir me rencontrer, de manière à ce que nous puissions converser sur le sujet qui nous occupe.
Je vous assure de ma prière et de ma bénédiction.
Signature. »

(1) Ce qui est normal puisqu’on est passé d’une Eglise de la foi célébrée à une Eglise des sentiments exposés. Désormais, tout ce qui permet de célébrer son “ressenti” doit être considéré comme légitime ; la célébration de la foi vient bien après… si toutefois elle vient.
(2) Le Siège apostolique a dit et redit qu’un fidèle non ordonné n’a absolument pas le droit de prêcher au cours d’une célébration.
(3) On sait Mgr Felix Gmür, Evêque de Bâle, très progressiste et très enclin à favoriser toutes les expériences qui contredisent l’enseignement de l’Eglise. Il est donc fort peu probable qu’il soutienne un prêtre qui essaie de faire du mieux qu’il peut dans une situation d’anarchie institutionalisée.

Pape François oscille entre relativisme et fantasme

 

Dans un message pour la 48e journée de la communication, Pape François a estimé que l’Eglise serait malade d’autoréférencialité. Nous ne devons pas vivre à la même époque, il s’agit là d’un pur fantasme, celui que les modernistes ne cessent d’entretenir pour dénoncer l’Eglise prétendument arc-boutée sur ses dogmes. Or l’essentiel des clercs se moque bien de l’enseignement du Magistère. Et quand bien même les clercs suivraient et martèleraient scrupuleusement l’enseignement du Magistère, pape François y trouverait-il quelque chose à redire ? Nous devons malheureusement craindre que oui, puisque dans le même texte pape François soutient qu’il ne faut pas tenir nos idées pour « uniques et absolues ». Pas unique  et absolu le dogme de l’Incarnation, celui de la Trinité, celui du Christ unique Rédempteur? Nous pataugeons donc en plein relativisme. Des propos qui plaisent assurément aux médias mais qui détruisent le sensum fidei.

Oremus.

Instaurare dispose désormais d’un site

 

L’association suisse Instaurare engagée dans la défense de la famille sous la bannière du Christ Roi dispose désormais d’un site (www.instaurare.ch). Une revue de presse y est notamment quotidiennement mise à jour.

 

 

Les publications reprendront en septembre

Avis aux lecteurs:  Eschaton reprendra ses publications en septembre. 

Bel été à tous.

Pape François vu par Alain Soral


Alain Soral en direct sur ERTV – Samedi 14 juin… par ERTV

Soral a trouvé les mots justes pour parler du pape dans son intervention en directe sur la chaîne du Web ERTV (1h14min10s) « Aujourd’hui le pape est un agent du droit de l’hommisme mondial. Il pourrait peut-être être validé par l’Onu, comme le sont Amnesty international et d’autres gris-gris comme ça. Il fait du droit de l’hommisme, ça n’a rien avoir avec la catholicité, c’est-à-dire avec la théologie catholique, avec le papisme bien compris(…) Il continue d’accompagner avec un sourire bonhomme, la destruction du catholicisme.(…) Ce pape est gentil, mais je ne pense pas que le mot gentil soit un qualificatif valable pour quelqu’un qui est censé être le vicaire du Christ sur terre et défendre la religion d’un milliard d’individus(…) »

La déchéance du diocèse de Bâle dénoncée par Riposte catholique

 

Suite à la grotesque cérémonie de confirmation célébrée par Mgr Gmür à Delémont et à l’homélie prêchée par une agente pastorale à Porrentruy, le site Riposte Catholique consacre un article à cette déchéance dans laquelle sombre le diocèse de Bâle.

Mieux vaut en rire!

Dimanche de Pentecôte, le Jura pastoral organisait une grande rencontre de catholiques dans un centre de tennis de ma ville(*). L’occasion pour l’évêque du diocèse de Bâle de rappeler vigoureusement les fondamentaux de la foi catholique.
Dans la vidéo que je mets en ligne vous reconnaîtrez en premier lieu la grande prêtresse Marie-Josèphe Lachat- qui s’est permise récemment de prêcher l’homélie – donner la parole à Mgr Gmür. Nous voilà tous rassurés à son sujet : elle n’a nullement été inquiétée pour son acte de désobéissance et le contenu de cette homélie. Et on comprend mieux pourquoi en suivant cette séquence de questions-réponses à laquelle s’est prêté Mgr Gmür, destinée à remplacer l’homélie ( mais où vont-ils chercher tout cela ?). Vous admirerez tout d’abord la gestuelle de Mgr l’évêque digne du jeu de scène d’une duchesse d’empire inspirée. Tout cela transpire la virilité. Et le propos est à l’avenant. Petite mise en bouche : « La paix est la poule puis l’Esprit Saint est l’œuf et vice versa. » Merveilleux, rien à redire. 10 ans de théologie pour en arriver à cela ! Mgr l’évêque veut expliquer par-là que la paix vient libérer les apôtres qui n’étaient pas ouverts. La paix serait l’anti-peur, parce que les apôtres étaient tout ratatinés sur eux-mêmes nous certifie Mgr l’évêque en joignant le geste à la parole. Mais heureusement Jésus est venu souffler sur eux et les apôtres sont devenus « open », prêts pour la grande aventure multiculturelle.
Plus loin Mgr l’évêque explique que le cléricalisme c’est pas beau, c’est un piège. Quand Jésus déclare au Cénacle qu’il donne à ses disciples le pouvoir de pardonner les péchés ( Jean 20,23), vous avez tout faux si vous croyez, comme l’a toujours enseigné l’Eglise, qu’il a institué par là le sacrement de pénitence. Pensez donc ! 20 siècle après la venue du Christ Mrg l’évêque de Bâle nous ouvre enfin les yeux sur ce que Notre Seigneur Jésus Christ a vraiment voulu dire : c’est toute la communauté qui doit dire ce qu’est un péché, toute la communauté qui doit le remettre ou non. D’ailleurs les disciples présents au Cénacle n’étaient pas les seuls apôtres, contrairement à ce que les Pères de l’Eglise ont enseigné, mais madame Duchmol aussi était là. Tout le monde a donc reçu ce pouvoir de remettre les péchés. Quelle joie d’être ainsi sauvé du cléricalisme qui étouffe la vie de l’Eglise. Merci Mgr l’évêque.
Mais notre évêque ne s’est pas arrêté en si bon chemin.  A une personne qui lui demandait ce qu’était le don de l’Esprit, il s’est empressé de s’assoir sur la théologie des dons de l’Esprit, transformant les 7 dons de l’Esprit en « 5 doses » de l’Esprit.
Passant aux exercices pratiques, il s’adressa ainsi à une personne qu’il venait de confirmer : « vous êtes remplie de l’Esprit, c’est super n’est-ce pas ? ». Emile( célèbre humoriste suisse) n’aurait pas dit mieux.
Bref, un grand moment de ferveur combattive au regard duquel l’homélie que Mgr Tissier de Mallerais a prononcée à Ecône le même jour pour les confirmations, exhortant les confirmés à devenir des soldats du Christ, citant en exemple les actes d’héroïsme des saints, rappelant en quoi consiste les dons du Saint Esprit, fait office de bavardage stérile et désuet.

(*) Malheureusement, la rencontre de tennis qui a suivi cette cérémonie de confirmation, entre Mgr Gmür et le professeur du tennis du centre n’a pas pu aller à son terme. Ce dernier s’est blessé au poignet en cherchant à retourner un service surpuissant de l’évêque. On savait Mgr l’évêque capable de fulgurances en théologie ( comme l’atteste cette vidéo), on ne se doutait pas qu’il était capable des mêmes sur un terrain de tennis.